site web El jadida
el jadida - mazagan - le portail eljadida.com
 

Accueil

Espace membres

Agenda des Evénements

Photos El Jadida

Plans interactifs

Annuaire d'El Jadida

Petites annonces

Annonces PRO

Associations

 

Actualité en photo

Galeries des membres

Météo El Jadida

Pharmacies de garde

Horaire des prières

Horaire des trains

Horaire des autocars CTM

Distances intervilles

Sondages

Devenir rédacteur

Ajouter votre association

Inscription a l'annuaire

Qui sommes nous

Recommandez-nous

Nous contacter

Publicité

Goodies

Mentions légales

A votre avis, quel symbole représente le mieux la ville El Jadida?

 

 

Résultats de ce sondage »

Tous les sondages »

Ajoutez votre email :


 

Actualits El Jadida // La chronique

» Imprimer l'article

Ajout le 07 Septembre 2008
Par le membre M.Amengual

 

Dans l enfer des algues : Récit d une journée passée avec les alguiers

 

Auteur : Michel Amengual

Eljadida.com

 

 

 

Je m étais levé tôt, ce matin-la. Je devais partir en barque et passer la journée en mer avec les ramasseurs d algues, les alguiers, comme ils s appellent. Un travail rude, ingrat, où le gain n est pas - et ne sera jamais - proportionnel aux efforts que ces jeunes gens font, pour un prix dérisoire, au risque de leur santé, parfois au péril de leur vie, par 10,15 ou 20 mètres de fond et parfois plus. Pour qu au bout du compte, des industriels puissent en tirer de l agar-agar pour les cosmétiques, la pharmacie et la pâtisserie !

La mer était relativement calme, ce jour-la. Le soleil sera chaud, c est s»r. Hocine, Abdelkader et Mohamed avaient déja fait le plein d essence pour le moteur de la barque qu ils avaient louée, avec un bidon de secours et un autre pour le compresseur. Un engin terrible, ce compresseur ! Une vieille carcasse sensée donner de l air au plongeur, par un tuyau a gaz d un autre âge Souvent un air vicié qui vous ravage les poumons. Quelques ultimes vérifications, l habit de plongée déja enfilé pour gagner du temps, une petite provision d eau et quelques morceaux de pain pour le creux de midi! Et c est parti. Le cœur y est : L équipage chante, comme pour se donner courage avant une journée qui sera sans doute longue, dure, voire dangereuse, même par temps clame Un accident peut toujours survenir ! Mais peut-être aussi la journée sera rentable, Inch allah !..

A environ un kilomètre et demi au large, on décide de jeter l ancre. Le fond rocheux est a une dizaine de mètres ; au loin, la baie de Sidi-Bouzid, avec son cordon de villas, son haut minaret comme un doigt pointé vers Dieu, sa bande jaune de sable où, quand le soleil sera plus chaud, s étaleront des centaines de vacanciers en goguette. Comme Abdelkader, Mohamed réajuste sa combinaison et sa ceinture de plomb, accroche solidement a son cou le filet dans lequel il mettra les algues cueillies, vérifie une dernière fois son tuyau qui le reliera a la barque : Il espère bien que le moteur, déja en fin de vie, n aura pas de panne. Mais on ne se pose pas trop de questions. Ou plutôt, on refuse de s en poser : Dieu sait notre destin ! On regarde une dernière fois la mosquée, comme pour se rassurer, on se fait une tape sur la mainet plouf ! On se jette a l eau.

En surface, elle est déja froide ! Qu est-ce que cela doit être 20 mètres au dessous? « D ailleurs, m explique Hocine, « le barreur », le seul a être resté sur la barque pour surveiller la bonne marche du moteur et répondre vite a tout appel venant du fond, des fois la mer est si froide que certains plongeurs ne résistent pas et abandonnent. Ils ont beau avoir la combinaison, mais les mains, les poignets surtout sont torturés par le froid ; c est trop dur pour eux ! Je les comprends ; moi je ne peux pas faire ce qu ils font ; c est pour ça que je reste a bord. Je suis moins payé, mais je suis trop usé déja pour recommencer a descendre » Je devine, a quelques dizaines de mètres de nous, cachées dans le creux des vagues, une bouée et deux paires de palmes qui surgissent de l eau pour disparaître aussitôt, comme des mini-squales Eux ne peuvent louer une barque Une chambre a air de tracteur, bien harnachée, leur fera l affaire. Et durant des heures, ils pousseront la mer et leur butin, a la force de leurs mollets et de leurs palmes. Des femmes souvent sont aussi de la partie n ayant peur de rienet pousse ! et pousse ! enrobées sous leurs vêtements de mousse.

« Tu sais, continue a m expliquer Hocine, les gens, sur terre, qui ne connaissent pas ce métier, ne peuvent pas imaginer la dureté de notre boulot. Ils croient que c est facile de ramasser, il n y a qu a remplir le filet, et aller vendre notre ballot au camion qui nous attend a terre ! Cette année, on nous achète deux dirhams et demi le kilo ! Une misère ! C est même pas le prix d un timbre. Quand ils voient ça de loin, les gens croient qu on fait fortune. Surtout qu ils ne savent pas que ce qu on gagne, on doit le répartir entre tous ceux qui nous aident ; tu les verras, après, quand on retournera des dizaines de personnes a qui il faut donner quelque chose ! Il reste quoi après, quand on aura aussi déduit le prix de la location de la barque, du compresseur, de l essence? Pour six ou huit heures passées sous l eau, c est peu payé. On arrive exténués ; on n a presque plus la force de parler a notre famille qui nous a attendus toute la journée On devient comme des bêtes ! Et des fois, on s énerve pour des riens ! Des bêtes, je te dis ! Comme a l enfer ! » Ses yeux sourient, sans doute pour atténuer ses dernières phrases !

A ce moment, un signal venu du fond de l eau prévient qu un plongeur remonte Ca fait près d une d heure que Mohamed est descendu. Il pousse une énorme boule rougeâtre. Il sort sa tête, enlève son masque, secoue son visage... comme pour se donner l impression que tout fonctionne normalement. Il a même le courage de sourire. « C est dur, me dit-il, regarde mes doigts ! Ils sont tout écorchés a force de racler les rochers où sont fixées les algues Avec l eau salée et les piq»res d oursins, c est comme du feu ! ». Des plaies au bout des phalanges et des doigts que l eau a tout rabougris, « Je suis allé trop bas, j ai mes oreilles qui cognent Tu sais, la pression, ça peut te déchiqueter le tympan On sait ça, nous, mais quand on voit des algues quelques mètres plus au fond, tu crois qu on va les laisser ?... Puisqu on y est, on continue. Et puis, il y a comme un vertige qui s installe en nous. On ne raisonne même plus. On y va, c est tout ! » Et Mohamed m explique que l autre année, du côté de Chtouka, des plongeurs sont morts au bout de leur tuyau, asphyxiés par un compresseur qui ne fonctionnait pas, ou n ayant pas eu assez de réflexe pour tirer la corde d alarme, quand, la cervelle broyée par la pression, ça allait mal pour eux « L un d eux s est étranglé avec la corde du sac qui s est enroulée autour de son cou. C était mon pote ! Souvent, quand je descends, je pense a lui. Je me dis que ça peut m arriver a moi aussi Finir comme un pendu en mer !... ».

Dix minutes de détente, une gorgée d eau douce, un quignon de pain trempé dans de l huile d olive et une boite de sardines, et c est reparti pour les profondeurs. Pour un autre ballot ! « Mais comment on fera au moment du ramadan ? Galérer pendant des heures sous l eau avec le ventre creux, avec la fatigue qui vous mange le corps ! Est-ce que tu as la force d imaginer cela ? C est comme si on était notre propre bourreau ! Mais comment faire quand on n a pas d autre choix ! enchaîne Hocine. Il n y a que pendant cette période qu on peut avoir quelques revenus qui nous permettront d aider notre famille pour le reste de l année. Je sais aussi qu on détruit un peu la mer, car les algues, c est la nourriture pour les poissons, c est au milieu des algues qu ils viennent pondre leurs œufs, et nous, on vient, a grandes poignées, on arrache tout. On ne va pas se mettre a trier les algues rouges et les autres. On est forcé d arracher tout ce qu il y a devant nous et de sélectionner ensuite ; mais souvent les algues qu on ramasse, on ne peut pas faire autrement que d en arracher même les racines qui leur permettent de s accrocher aux rochers et de repousser l année d aprèsC est pour ça qu il y a de moins en moins d algues. Surtout qu en plus, les grands courants de fond arrachent les grandes lianes que la marée emporte sur le rivage et qui viennent sécher au soleil du sableMais a la prochaine grande marée, ça sera le grand nettoyage ! » Il se fait songeur, son regard perdu vaguement vers la rive, et il ajoute, sur le ton de la confidence : « Mais tu sais, déja il y a preneur pour ces algues-la, des longs cordons verts, comme des ceintures. On nous en offre 30 centimes le kilo. Tant que ce sont celles que la mer a rejetées sur la plage, c est bien, plutôt que les laisser pourrir au soleil, ça rapporte un peu aux habitants du douar, mais si on se met un jour a plonger pour les ramasser, comme on le fait pour les algues rouges, alors, la mer deviendra un squelette. Un squelette, j te dis. Et tu verras un nouvel enfer ».

Abdelkader fait surface, avec son filet et ses algues « Tu sais, on ne voit plus grand-chose, au fond ! Je suis s»r que demain la mer sera mauvaise et qu on ne pourra venirIl y a des courants qui nous empêchent d avancer, comme si un diable nous tirait par les jambes pour ne pas travailler et puis, la lumière est trouble, le sable et les poussières qui flottent dans l eau rendent notre visibilité pénible. J ai l impression qu a forcer ainsi sur ma vue, pendant des heures, je vais finir par perdre les yeux ; regarde, je suis s»r qu ils sont tout rouges, comme si leurs veines avaient éclaté Et mes poumons, tu crois que l air que ce p de moteur nous envoie, c est de l air ? Nos poumons sont foutus ! L année dernière, j ai d» voir un médecin ; il reconnaît tout de suite ceux qui ramassent des algues ! » C est vrai que les problèmes pulmonaires entraînés par l air vicié propulsé par ces compresseurs sont nombreux, et certains gravissimes. Tout médecin vous le dira et il s en rend compte encore plus a la fin de la saison des algues. « On n a qu une vie, continue Hocine, et la nôtre, déja pauvre, on sait qu on la f en l air. Mais trouve-nous du boulot ailleurs, je quitte tout de suite. J ai des enfants et une vieille mère. Si je ne fais pas ça, avec quoi je vais les nourrir ? Mais regarde Khalifa, le frère de Mohamed, il a trouvé un travail fixe ; même moins payé, mais il a préféré nous quitter. Il a la Caisse ( n.d.a : la Sécurité sociale, la retraite ), le repos chaque semaine, les algues c est fini pour lui. Il a de la chance ! Moi, je ne sais même pas si demain je vais pouvoir aller en mer. Le vent, les vagues, la marée, ce sont eux mes patrons, c est eux qui me commandent ! Aujourd hui oui, demain non ! et qui des fois, ne me paient même pas ! Et je ne peux rien contre eux, rien, tu entends ? ».

Les heures ont passé. Le soleil tape dur, avec un vent marin qui vous burine le visage. J entends au loin, venant du rivage, les clameurs des estivants. Pour eux, la mer, c est, l espace d un été, un morceau de paradis. Pour les alguiers de mon douar d El Bahara, c est un coin d enfer.

Six a huit gros ballots d algues enfoncent la barque. La journée a été bien remplie. Et puis, c est le bon moment pour rentrer car après, la mer sera trop haute et l accostage plus difficiles, avec des vagues a vous faire chavirer ou qui, comme l autre jour, ont fracassé quelques barques contre les rochers. Déja, la famille est la, sur la bechkira, ce petit muret de rochers empilés comme une digue qui servait jadis a capturer les poissons. Des gamins partout qui nagent entre les barques. Le rire des enfants, heureusement, compense la fatigue d une rude journée ! Abdelkader retrouve sa petite fille qu il prend dans ses bras, avec toute la tendresse d un rescapé !...

Des hommes, robustes, revêtus d un ciré en plastic vert ou brun, vont maintenant entrer en lice pour transborder les filets jusqu a un point de rassemblement géré par les femmes. Elles sont la, qui veillent a la manœuvre, qui comptabilisent, qui ordonnent, qui aident. Mais la, attention ! Comme des forçats, ces hommes se sont chargés de transporter sur leurs épaules ces bottes d algues mouillées qui dégoulinent le long de leur corps. 70, 80 kg portés, au pas de charge, jusqu au camion, la en haut où aura lieu la pesée « J ai pas le temps de t expliquer, me dit Brahim, la c est la course. Je suis payé 4 Dh par voyage.ou 20 centimes le kilo, ça dépend des jours ! Regarde mes pieds, regarde où je marche, et il faut que je fasse tout ça en courant si je veux gagner ma journée. Je suis s»r que ça doit être plus facile de marcher sur la lunemais pardon, laisse moi passeril faut que je fasse viteattention ! pardon ! ». Les yeux hagards, comme s il portait sur son dos le poids du monde et de ses souffrances. Il a beau avoir des baskets caoutchoutées, les rochers sont si coupants, qu il est difficile de marcher le pied a plat. Une gymnastique d acrobate ? Un travail de forçat, plutôt ! Comme dans un bagne !... J ai mal aux pieds a le regarder, j ai mal au cœur en l entendant haleter, au bout de son souffle, mais quand même il ira jusqu au bout ! Et plus, s il lui reste un chouïa de courage. Parce que demain, les prix peuvent baisser. Et puis, qui sait si demain il fera beau, si la mer ne sera pas trop forte, qui interdira toute sortie Alors, il faut a Brahim du courage pour aujourd hui et pour demain Lui, et tous les autres.

La-bas, c est l âne, qui remplace le camion. Pauvre bête ! On a beau pousser derrière, les roues de la charrette se sont enlisées dans le sable trop meuble. Et cogne !et cogne ! allez ! vas-y, l âne ! Toi aussi tu fais partie de cet enfer. Une vieille femme, courbée par le poids des ans, se courbe encore plus pour ramasser quelques algues échappées des ballots. Khadija n a plus de famille, elle vit seule. Oh ! Elle ne demande pas d argent. Juste une poignée d algues quand elle n a plus la force de se baisser. Elle ira ensuite monnayer ses poignées d algues contre quelques poignées de centimes Sa journée sera remplie. Comme pour tous les autres.

Le ciel s est voilé. Vu d ici, du haut du rivage, avec ces barques qui rentrent au bercail, avec ces derniers cris d enfants qui jouent a califourchon sur les vagues, ces derniers ballots d algues qui roulent sur les épaules des derniers portefaix, la dernière tasse de thé que la maman a préparé sur les rochers pour son fiston prématurément vieilli, on dirait un décor d opéra Et du loin, le concerto des vagues !... C est beau, la mer !

 

 

Article lu 7358 fois

 

 

[ Revenir la rubrique La chronique ] - [ Articles archivés ]

 

Commentaires sur cet article

 

1. abdelghani EL KHALDI (09/9/2008 . Id:7039)

Bonsoir, et bon Ramadan avec une bonne sant! encore une fois notre ami Michel, nous fait dcouvrir les parties caches et silencieuses de ce qui est apparemment assez visible et audible dans cette fascinante contre des Doukalas.

En lisant cet article, jai effectivement vcu une belle journe en mer avec ces braves alguiers ! Jai surtout appris beaucoup de choses que jignorais sur leur dur et ingrat mtier de chercheurs de lor rouge. Des vrais aventuriers !

C'est du Top de l'indit ! Un rcit mouvant qui dessine bien non seulement un prenant tableau de la ralit des vcus de ces braves Ghatassa-t-lkhaz, mais il projette encore plus de la lumire sur les dgts que peut causer lexercice cette activit si elle reste peu encadre et oriente comme on a limpression quelle le soit encore.

Il est certain que des tudes ont t faites par les administrations et/ou les institutions concernes sur les consquences cologiques des cette activit dsormais dimportance conomique et sociale pour la rgion.
Il serait intressant que lon soit informs sur les rsultats des travaux qui sont effectivement faits, ainsi que sur les ventuels plans pour un dveloppement durable de ce secteur. En effet, ceci va faire adhrer les oprateurs directs et indirects aux plans dactions mis en place pour mieux les raliser et les russir, et a va encore rassurer lopinion publique sur la prservation du milieu naturel pour les futures gnrations.

Merci davance tous ceux qui pourrait nous claircir sur ces points. Et merci notre ami Michel pour les belles photos ! Elles sont Superbes et trs expressives.

Abdelghani, de Casablanca, Oulad Haddou !

2. abdelmounaim (09/9/2008 . Id:7041)

Trs beau rcit!!!

Chapeau ces bahara d'un autre ge qui , au pril de leurs vie, plongent pour rcolter la fameuse "rbi3a" avec toute l'nergie du dsespoir.

Il faut sensibiliser les jdidis sur la prennit de cette ressource, si elle disparait toute la faune marine en souffrirait .

Une bonne gestion s'impose .

3. zakaria aziouiz (10/9/2008 . Id:7046)

tout mes remerciments pour monsieur Michel Amengual qui s'est pris le soin de nous rcolter des informations d'une valeur important, et je dis a parce que personellement je ne savais pas que les ramasseurs de "rbi3a" taient mis en danger chaque fois qu'il partait la conquete des algues, c'est vraiment affreux qu'on on sait que personne ne fait rien pour les aider! :(

4. Abousalma Doukkali (13/9/2008 . Id:7056)

Merci Michel pour cet article que je trouve fort intressant ainsi que les belles photos prises d'une manire professionnelle.
Si cette "activit"permet ces gens courageux, que je salue au passage, de "gagner" leur vie, elle participe activement crer un dsquible dans le milieu marin.
Et puis l'Etat travers ses diffrentes composantes, quel est son rle pour aider ces gens vivre autrement et dignement et arrter cette hmorragie???

5. michou (13/9/2008 . Id:7057)

En effet , il y a un probleme.
On parle tant de cration d'entreprise,
Eh bien ,il faudrait que ces algues soient traites sur place , faire les produits finis , et le vendre, ce qui crerait des emplois , plus facile dire que faire , Ou est le role sociale de la banque au Maroc , Les diploms sont lgions , mais sont striliss, et inutiles leur pays par manque de moyens , voil aussi ou est l'cueil, ainsi les pcheurs gagneraient plus , Non ?

6. Omar (23/9/2008 . Id:7075)

Malheureusement, l'avenir des "alguiers" des Doukkala sera encore plus dur et plus dangereux avec le recul des champs du Glidium et donc la ncessit de plonger plus profondmment. La regression des champs de cette algue rouge est la consquence directe de la forte pression de collecte (arachage anarchique) qui dpasse de loin les capacits naturelles de sa rgnration et des changements climatiques qui risquent d'altrer la productivit des eaux marines des Doukkala qui sont le sige d'un phnomne ocanographique particulier (remonte en surface d'eaux froides des fonds ocaniques riches en nutriments ce qui supporte une production biologique exceptionnelle...)
C'est vrais que cette ressource permet une grande population du littoral des Doukkala de subvenir des besoins existentiels, et donc il serait suicidaire (il est dj) de leur demander d'arrter cette activit.
La solution en terme de durabilit de la ressource et de l'activit qui lui est associe passe par :
1- augmentation des revenus de l'activit de collecte en haussant les prix la vente, cel suppose une organisation des alguiers et une solidarit entre eux...
2- cration des coopratives de transformations prliminaires des algues rcoltes (schage, tri, broyage, ensachage) et l, l'universit peut apporter son expertise ces structures;
3- Utilisation d'espces d'algues alternatives commercialisables (extration de molcules pour l'industrie, cosmtique, alimentation...)
Les laminaires rejetes par l'ocan pouvent constituer une opportunit de cration d'emploi au profit de ces populations.

7. jacquety Renata (21/11/2008 . Id:7193)

Merci pour cet article si bien document
Personne ne pouvait immaginer quel point ce travail est difficile
Merci pour la grande sensibilite et le respect dont vous faites preuve en ecrivant cet article

8. imane (17/7/2009 . Id:7942)

Merci Michel, ce rcit aussi mouvant quapitoyant, nous a fait face a une des ralits que vivent ces gens, on reconnat tous lutilit de cette matire appele lor rouge mais on nglige souvent ces explorateurs qui la foi gagnent leur vie et font dont a la science.

 

 

Hébergeur web Cloud au maroc

 

 

Hébergement web Maroc - Portail du Maroc - Bladi.net - InfosDuMaroc - Portail Etudiants - Maroc

MRE - Office Tourisme El jadida - El Jadida Bouge - Immobilier El Jadida - Hotel Marrakech- Riad Marrakech - Voyage au maroc - Riad Marrakech

BabKhouribga - Agadir - Tourisme Maroc - Sejour Maroc - Immobilier El Jadida - Bonjour Agadir

Autres partenaires - Casablanca - El Jadida

 

Top Maroc