site web El jadida
el jadida - mazagan - le portail eljadida.com
 

Accueil

Espace membres

Agenda des Evénements

Photos El Jadida

Plans interactifs

Annuaire d'El Jadida

Petites annonces

Annonces PRO

Associations

 

Actualité en photo

Galeries des membres

Météo El Jadida

Pharmacies de garde

Horaire des prières

Horaire des trains

Horaire des autocars CTM

Distances intervilles

Sondages

Devenir rédacteur

Ajouter votre association

Inscription a l'annuaire

Qui sommes nous

Recommandez-nous

Nous contacter

Publicité

Goodies

Mentions légales

A votre avis, quel symbole représente le mieux la ville El Jadida?

 

 

Résultats de ce sondage »

Tous les sondages »

Ajoutez votre email :


 

Actualits El Jadida // Arts et Culture

» Imprimer l'article

Ajout le 24 Mars 2008
Par le membre saidcherkaoui

 

Driss Chraibi: une voix et une pensée littéraire Mazaganais

 

Auteur : Said Cherkaoui sur un des Enfants de Mazagan

 

 

 

Driss Chraibi est un des fils de Mazagan dont la communauté Mazaganais-jdidi peut honorer avec fierté comme l un des précurseurs et l’un des premiers porte flambeaux de la dualité culturelle qui a formé des générations d’intellectuels jdidi.

Driss Chraïbi

En dehors des frontières Doukkalis, Driss Chraibi est considère comme l’un des grands écrivains marocains de langue française (1926-2007). Son premier roman - Passé Simple (1954) – lui ouvre les portes de la prospérité et l’installe comme l’un des piliers de la littérature marocaine francophone traitant de la modernité sous-jacente.

Driss Chraïbi est né a Mazagan en 1926 au sein d’une famille illustre. Après des études secondaires a Casablanca, il étudia la chimie en France où il s’installe en 1945. Comme tout jeune Marocain fraichement débarqué en Métropole, il fait tous les métiers et complète son diplôme d’ingénieur. Le Passé Simple, publié en 1954, est vivement acclamé par la critique littéraire française, mais beaucoup moins par l’intelligentsia marocaine qui « l’accuse de trahir son pays par ses critiques acerbes de la société traditionnelle. » Cependant en 1967, Souffle lui consacre son premier numéro et réhabilite son apport a la littérature franco-marocaine. L’occidentalisme n’était plus durant cette période une préoccupation des intellectuels marocains. Ils avaient d’autres sujets a explorer qui pouvaient a la longue étouffer leurs sens de la critique constructive.

Par la suite, Driss Chraïbi continua sur sa lancée en se forgeant une brillante carrière d’écrivain (une quinzaine de livres, voir la liste ici-bas, y inclus ceux traduit en Anglais). Grâce a un style de narrateur (tel que les Hlaiquis ou bien le fameux Ould Kareed de Derb Bouchrit) qu’il avait inauguré avec le Passé Simple, Driss Chraibi s’imposa comme un incontournable message mémorisé dans le devenir littéraire du Maroc indépendant.

"En dépit de mon instruction occidentale, je continuais de vivre, d agir et de juger par paraboles, a la manière de ces conteurs publics qui s installent dans un coin de rue..." Extrait : Le passé simple, 1954)

Durant quelques années, Driss Chraibi travailla aussi comme producteur a l’ORTF a Paris, et séjourna au Canada ou il enseigna. Le temps affina ses créations et l’enfant terrible Mazaganais se cantonna de plus en plus dans une narration descriptive a la fois critique et ironique des soubresauts et des revers de la société marocaine. Avec la sagesse du temps, Driss Chraïbi substituait a sa critique pointue du conservatisme une force de la liberté de ton modelé par un regard des transformations historiques et sur la définition du caractère marocain par la religion musulmane. Il rédigea des romans d’allure historique qui le ramène vers la mère-patrie, le berceau et a la proximité de sa région natale dans le fief des Doukkala. Ce retour au bercail fut accomplit en premier par la publication de « La civilisation, ma mère » et par la suite a travers « La mère du printemps - Oum-era-Bia» ou il évoque avec érudition et d’une façon romancée la conquête du Maroc par des armées arabes commandées par Oqba ibn Nafi a la fin du VIIe siècle.

Comme son habitude, le nom du fleuve est aussi une parabole pour lui de stigmatiser et d’évoquer la lumière jaillissante de l’éclosion de la saison du printemps comme fut sa propre naissance au sein des prairies rayonnantes de couleur vive des environs d’Azemmour, qu’Oum-era-Bia alimente des ses fléaux transparents. Cette même rivière que les armées arabes ont parcouru jusqu’a l’embouchure devant la porte de l’océan où se trouve Azemmour et a la limite duquel, Oqba ibn Nafi aurait pu déclarer son fameux discours alors que son cheval piétinait le sable mouillé : « que si il n’y avait pas cet océan devant moi, j’aurais continué d’étendre l’Islam et de brandir haut l’étendard du nom d’Allah et de Mohammed son Messager au dela de l’horizon. » Driss Chraibi, écrivit dans La mère du printemps :

« Surgie du désert et de la nudité, une armée ivre de lumière suit le cours de l’Oum-er-Bia. En cette année 681, la religion musulmane est une parole naissante, une clameur nouvelle : le général arabe Oqba ibn Nafi rêve d’" ensemencer les hommes et la terre des hommes avec les graines de Dieu ", de déployer l’étendard vert du Prophète dans le ciel d’Afrique du Nord. De l’autre côté des montagnes, la communauté berbère des Aït Yafelman vit et, depuis des siècles, forge, pêche, travaille sous le signe du poisson et de l’étoile. Les habitants d’Azemmour se doutent-ils que les nouveaux envahisseurs ne sont pas venus pour conquérir leurs biens, mais pour changer leurs âmes ? Quelle arme sauront-ils opposer au chant des chevaliers d’Allah, portés a leur rencontre " comme autant de vagues de foi lancées au galop " ? »

Cette réconciliation avec le passé historique et l’acceptation de l’enracinement de l’Islam dans la formation de la personnalité marocaine sont aussi révélatrice du parcours de Driss Chraibi dans les dédales de la dualité culturelle ou l’Occident Métropolitain et Moderniste concerte avec un pays ancré par sa géographie et ses origines ethniques a plusieurs pôles culturels et religieux. Driss Chraibi utilisera un personnage, l’Inspecteur Ali, qui lui permettra de naviguer a travers les pressantes vagues d’un tel déferlement multipolaire qui dans leur finalité s’échouent sur les rivages de la modernité. La plupart de ses dernières œuvres sont des romans policiers dont l’inspecteur Ali devint le personnage principal, une sorte de mélange de Sherlock Holmes et James Bond a la sauce locale.

Driss Chraibi reçut plusieurs honneurs et prix mérités, notamment celui de l Afrique méditerranéenne pour l ensemble de son œuvre en1973; le Prix de l amitié franco-arabe, en 1981; le prix Mondello pour la traduction de Naissance a l Aube en Italie.

Driss Chraïbi s’est éteint paisiblement en avril 2007 dans la Drome (France), où il résidait. Ina lillah wa illahi raji ine.

Les publications de Driss Chraibi:
Le Passé simple, 1954 - The Simple Past
Les Boucs, 1955 - The Butts
L âne, 1956
De tous les Horizons, 1958
La foule, 1961
Succession ouverte, 1962 - Heirs to the Past
Un ami viendra vous voir, 1966
La civilisation, ma mère, 1972 - Mother Comes of Age
Mort au Canada, 1974
Une enquête au pays, 1981 - The Flutes of Death
La Mère du Printems, 1982 - The Mother of Springtime
Naissance a l aube, 1986 - Birth at Dawn
D autres voix, 1986
L inspecteur Ali, 1991
Les aventures de l âne Khal, 1992
L homme du livre, 1992 - Muhammed
Une place au soleil, 1993
L inspecteur Ali a Trinity College, 1996
L inspecteur Ali et la C.I.A. 1998
Une Enquête au pays, 1999 (ed. by Gareth Stanton)

Said Cherkaoui – 2008-03-23

 

 

 

Article lu 5444 fois

 

 

[ Revenir la rubrique Arts et Culture ] - [ Articles archivés ]

 

Commentaires sur cet article

 

1. Sheena Chrabi (26/3/2008 . Id:6489)

Epouse de feu l'crivain Driss Chrabi, je tiens remercier Sad Cherkaoui , en mon nom et en celui de nos enfants, de ce bel article en hommage l'oeuvre de Driss. Je viens d'apprendre l'inauguration d'une plaque appose sa maison natale El jadida le 25/03/08 et en suis reconnaissante. Le site de la ville pourrait-il en afficher une photo? pour la voir ici en France. Merci d'avance et avec nos amitis aux Mazaganais.

2. ELjadida.ma (10/4/2008 . Id:6548)

Nous venons de mettre les photos de la plaque en question sur l'article, ca nous honore de voir le commentaire de Mme Chraibi sur notre portail, et ca nous fait plaisir de pouvoir rpondre votre demande.
Avec toutes nos sincres amitis.

3. Abdeslam Kadiri (12/4/2008 . Id:6557)

Bravo M. Said Cherkaoui pour la qualit de son article. Il rend brillamment hommage l'enfant de Mazagan et au l'crivain jdidi qu'tait Driss Chrabi. A.K.

4. habib amar (15/4/2008 . Id:6564)

Bonjour,
Je voulais juste vous transmettre ma satisfaction et ma joie de voir Si Driss Chrabi honor dans sa ville natale,par l'apposition d'une plaque commmorative sur son lieu de naissance! Mais je reste sur ma faim, car j'ai l'impression qu'un an aprs sa disparition, on ne s'est pas encore rendu compte que c'tait un gant de notre littrature (je dis notre parceque je suis Algrien, et que Driss Chrabi appartient au grand Maghreb que nous souhaitons de tout coeur et qui tarde se raliser!).
Je voulais juste vous faire une proposition,celle d'organiser chaque anne une grande rencontre,sous forme de sminaire ou rencontre littraire,pour parler de l'immense oeuvre de Driss Chrabi,pour que cette oeuvre soit transmise continuellement aux tudiants, aux jeunes Jdidis! J'ai pass mes vacances d't 2007 dans votre charmante ville et cela deviendra srement pour moi un lieu de plerinage (trs sentimental)...Mon grand bonjour aux Jdidis et tous les amis .
habib Amar

5. Redouane Abou-Hilal (17/4/2008 . Id:6567)

Bonjour,
je voudrais tout d'abord vous remercier cher Said de votre article qui rend hommage au feu Driss chraibiet remercier ceux qui l'ont honore avec cette plaque commemorative,c'est dommage qu'elle a ete inaugure en l'absense de ces proches et de tout les medias national.:je viens dans ma ville natale en pelerin ...disait Driss chraibi quand la derniere fois a visite jdida.je voudrais profiter de cet occasion pour m'adresser a lui et a ses proches ...Driss tu n'as pas seulement une plaque memoire au mellah ,mais tu l'as aussi dans les coeurs de tout les jdidis ,non seulement ceux qui savent lire et ecrire,mais ces paysans doukkalis qui etaient proche de toi et que tu n,as cesse de rendre visite.Driss ,tu as rendu l'ame dans la joie et l'amour de ton pays ,ta ville natale...et prions Dieu pour que cette joie te restera eternelle.
Redouane Abou-Hilal

6. Nejjar Monji (19/4/2008 . Id:6576)

Oui bravo pour la plaque et rien que pour a je revisiterai jdida! mais est-ce suffisant pour un si grand humaniste. Je rejoinds notra ami algrien pour l'ide d'un seminaire organiser periodiquement , j'ajouterrai mme un prix littraire "Driss Chraibi" decerner chaque anne.

7. nadia essalmi (22/4/2008 . Id:6578)

Je suis l'ditrice de Driss Charaibi au Maroc. je voudrai vous informer qu'il a publi au Maroc aux ditions Yomad une srie de trois livres pour enfants : L'ne k'hal matre d'cole, L'ne k'hal invisible, L'ne k'hal la tlvision. Merci de rajouter l'information

8. habib amar (29/6/2008 . Id:6896)

Chers amis,
Notre cher Driss Chraibi a t honor ce samedi 28 juin 2008 par la ville de Crest dans la Drme. Son nom a t donn une rue de la ville, en prsence de sa femme Sheena, de tous ses enfants et amis,dont votre serviteur, et en prsence du sous-prfet, du responsable culturel et du vice-consul du Maroc, de plusieurs autres officiels de la ville de Valence et bien sr sous le patronage du dput-maire de la ville de Crest .
Aprs l'inauguration, tout le monde s'est dplac la mdiathque pour une lecture des oeuvres de Driss, par plusieurs personnes, et enfin la journe s'est acheve par une collation la tour du Chteau de la ville, tout cela sous les yeux des journalistes de la presse crite et des camras de FR3 et 2M.
Je vous transmets une photo de la plaque par e-mail

9. lhoussain el mhamdi (14/8/2008 . Id:6998)

C'est peu pour une si grande figure du Maroc moderne: une plaque et le nom d'une rue de la ville de Crest.

Ba Driss - cet immense ould l'blad, soucieux des problmes des petits gens de part le monde. Cet esprit Libre, humaniste universel, anticonformiste et franc-tireur, crateur de gnie....-mrite beaucoup plus en reconnaissances qu'une petite plaque.

Ba driss mritait plus de reconnaissance et d'attention de son vivant de la part de nos dcideurs, mais hlas... nos officiels auraient du se dplacer Crest, lui rendre visite, le chrir (ou l'entourer) de son vivant.

Car Ba Driss - tout comme les Nass el ghiwane par exemple - est un symbol culturel marocain. Un prcurseur de notre littrature moderne. Une voix des sans voix.....

Aujourd'hui, nous invitons nos gouvernants et dcideurs: Monsieur le Ministre de l'ducation nationale, Madame la Ministre de la Culture, les responsables politiques, les acteurs de la socit civile, honorer cet immence talent culturel marocain. Nous souhaitons que son nom -Driss chraibi- soit donn des centres culturels, des maisons de jeunes, des tablissements scolaires et universitaires....entre autres.
Lhoussain el mhamdi
full gnawa, caf littraire
Montpellier


10. Said - Moulay Sayd - Cherkaoui (09/4/2009 . Id:7668)

En cette date de votre passage pour lau del, une voix slve avec une prire de Rahma pour votre Rouh et une pense Mazaganaise surgit pour votre uvre et pour votre Famille Ya Si Driss, un nom d'un Frre, aim et regrett au mme titre que l'nonciation du votre parmi nous.

11. Mariya BELKEBIR (28/6/2009 . Id:7886)

Merci My Said de m'avoir fait dcouvrir cet article en hommage l'un des grands hommes Jdidis. Tout ce que tu a dis sur ce grand crivain est peu, mais je te flicite de tout mon coeur.
Je garde une trs belle image de lui en le voyant de temps en temps, sur notre parc, solitaire, puisqu'il habitait juste en face Meftah El Kheir, cette tourne la plage lui donnait certainement des ides via ses souvenirs d'enfance pour ses romans. Rahimaka Allah a Ba Driss.

12. Said Cherkaoui (28/3/2010 . Id:8973)

Diaporamazagan pour Driss Chraibi:

http://www.glocentra.com/diaporamazagan.htm

 

 

Hébergeur web Cloud au maroc

 

 

Hébergement web Maroc - Portail du Maroc - Bladi.net - InfosDuMaroc - Portail Etudiants - Maroc

MRE - Office Tourisme El jadida - El Jadida Bouge - Immobilier El Jadida - Hotel Marrakech- Riad Marrakech - Voyage au maroc - Riad Marrakech

BabKhouribga - Agadir - Tourisme Maroc - Sejour Maroc - Immobilier El Jadida - Bonjour Agadir

Autres partenaires - Casablanca - El Jadida

 

Top Maroc