site web El jadida
el jadida - mazagan - le portail eljadida.com
 

Accueil

Espace membres

Agenda des Evénements

Photos El Jadida

Plans interactifs

Annuaire d'El Jadida

Petites annonces

Annonces PRO

Associations

 

Actualité en photo

Galeries des membres

Météo El Jadida

Pharmacies de garde

Horaire des prières

Horaire des trains

Horaire des autocars CTM

Distances intervilles

Sondages

Devenir rédacteur

Ajouter votre association

Inscription a l'annuaire

Qui sommes nous

Recommandez-nous

Nous contacter

Publicité

Goodies

Mentions légales

A votre avis, quel symbole représente le mieux la ville El Jadida?

 

 

Résultats de ce sondage »

Tous les sondages »

Ajoutez votre email :


 

Actualits El Jadida // Arts et Culture

» Imprimer l'article

Ajout le 29 Mars 2008
Par le membre aithnitchhs

 

Hommage d El Jadida a l artiste amoureux Abdelkebir KHATIBI

 

Auteur : Tarik BOUBIYA - Cadre bancaire El Jadida

Eljadida.com

 

 

 

Parler d Abdelkebir KHATIBI me renvoie au début des années quatre vingt, une période faste de ma vie d étudiant, quand mon écrivain-idole était venu a Grenoble, participer a un colloque consacré aux thèmes de l identité-différence avec Jacques Hassoun, année qui avait enfanté « le même livre », ouvrage écrit conjointement par ces deux géants de la littérature Mondiale. « Le même livre » demeure a ce jour un symbole de la tolérance et de l amitié entre les peuples et les cultures

Le colloque avait été organisé a la Maison de la Culture et/où j étais le responsable de la salle qui abritait l événement. L assistance était composée d intellectuels et des professeurs venus d horizons différents, de disciplines différences. Je me souviens comme si c était hier, ma dulcinée d antan était italienne et s appelait Clara MANCINI et tenait a participer au colloque. Ce jour la, entre le maitre et l amante latine, j étais partagé, tiraillé entre deux plaisirs concomitants : la soif de savoir et la chaleur de l accueil de « ould bladi » et la compagnie-volupté de la belle italienne.

Le débat intense de la conférence aidant, je dansais ivre-fou une valse tridimensionnelle et mon âme dégustait avec fierté son passage éphémère et ô combien précieux. Au lendemain de la séance de clôture j ai accompagné le Maitre dans les ruelles du centre ville de Grenoble, instants suprêmes au cours desquels il m avait initié au monde du Jazz et ses bienfaits : -Moi quand j écoute le Jazz ça me fait travailler, m avait-il confié lors de cette marche instructive. A cette époque j avais appris par cœur les poèmes de son recueil « le lutteur de classe a la manière taôiste », poésie que je lisais allégrement lors des soirées marocaines organisées dans le campus universitaire de Saint Martin d hères ou s entremêlaient épisodiquement le chant, la danse et le théâtre au profit d un public composé majoritairement d ouvriers et d étudiants, assoiffés qu ils étaient de fêtes et de célébrations.

Je me souviens des phrases, des mots et ces paroles qui resteront a jamais gravés dans la mémoire des lecteurs du monde entier. Je vous récite par cœur ce passage qui n a rien perdu de son actualité:

« L histoire est un mot
L idéologie un mot
L inconscient un mot
Les mots voltigent dans la bouche des ignorants
Or chaque signe se perpétue
Fraicheur incontournable
Ne t envoles pas dans ta propre parole
Ne t évanouis pas dans celle des autres
Mesures le sang de ta pensée
Car a ta question tu ne trouveras que des cibles vacillantes.. »

Ahhhh ! Qu elle était belle la vie en ces temps immortels, on était beaux, on était vrais et on était heureux de découvrir le monde.

Avant hier soir, lors de l inauguration a El Jadida, et sur le conseil de l ami et traducteur du maitre, KETTANI IDRISSI AZZEDINE, j ai lu le chapitre sur la Sicilienne dans son roman « pèlerinage d un artiste amoureux » aux éditions TARIK et c est la qu une larme orpheline a coulé de mon cœur veuf, affecté, en souvenir de la période grenobloise.

Revenons a notre sujet d ici et de maintenant, la ville d El Jadida vient de vivre un moment historique les 25 et 26 mars 2008 a la Faculté des Lettres d El Jadida : c est l hommage rendu a Abdelkebir KHATIBI, considéré a juste titre comme l écrivain marocain le plus prolifique sinon parmi les plus célèbres dans le monde. El Jadida accueille également a cette occasion l enfant du pays, Khatibi reste a ce jour très attaché a sa ville natale, son premier roman « la mémoire tatouée » consacre une part importante a son enfance jdidie.

La cérémonie d ouverture du colloque a eu lieu le mardi 25 mars 2008 a 19 heures dans un endroit a la fois mythique et symbolique : « La galerie CHAIBIA » où cinq peintres jdidis exposent jusqu au 29 mars des œuvres picturales en marge de cet événement de grande importance. Les thèmes qui ont été débattus dans ce colloque émanent de plusieurs voix, venues du Maroc et de l étranger. En répondant a une journaliste, Abdelkebir KHATIBI déclare : « C est un colloque professionnel sur mes écrits. C est un genre de bilan, une réflexion sur mon œuvre qui dure depuis 40 ans. A ce propos, les éditions de la Différence Paris, ont publié dernièrement, mon œuvre complète en trois volets: le premier tome concerne la littérature, le second est réservé a la poésie et le troisième regroupe mes essais. Cette nouvelle publication a été présentée lors du Salon international du livre organisé a Casablanca. La villa des Arts de Rabat, prévoit une nouvelle présentation pour le 25 avril prochain ».

Maintenant que la salle du colloque s est vidée de la horde savante et tourmentée, j avance a pas silencieux vers le Maitre qui semble ruminer les séances harassantes qui viennent de s achever. Alors sans dire un mot sans dire la moindre phrase, muni du livre consacré au peintre Ahmed CHERKAOUI, je le salue et lui demande de m inscrire cette dédicace qui restera inscrite dans mon livre jusqu a la fin de l humanité : « A Tarik BOUBIYA, en souvenir de Grenoble et de la belle italienne »

 

 

 

Article lu 4939 fois

 

 

[ Revenir la rubrique Arts et Culture ] - [ Articles archivés ]

 

Commentaires sur cet article

 

1. zougui habiba (30/3/2008 . Id:6507)

bonsoir cher ami Tarek

voil c 'est le temps des retrouvailles et des souvenirs...eh oui j 'ai eu l 'occasion de ma rgaler et de me ressouvenir de certains morceaux qui datent de 1990 , quand je fus tudiante au dpartement de littrature franaise ...je suis trs ravie de te lire et je fus ravie d 'couter mes profs savoir M. Ait Rami , M.Zahiri et M. Mabrour..

Au plaisir de te relire

2. lakhouidam zineb (31/3/2008 . Id:6509)

je suis ravie de te lire mr tarik.je vous remercie pour cet article.vraiment parler de abdelkbir khatibi c'est parler d'un chef-ouvres de la litterature marocaine

3. abouamine (01/4/2008 . Id:6511)

La mer.
Jai souvent demand la mer dtre moins barbare. On lui doit, parat-il, lordre de la mmoire.
Enfant, je suivais sur lcume ces mtaphores migratoires ou ces vagues pousse-pousse qui radotent sur la fiction du temps. Les sicles passaient et repassaient lhorizon ferm sur moi.

Maintenant, toute innocence se dvergonde, mon enfance ! Cest pourquoi un de mes prdcesseurs a dit que la mer, devant nos yeux, se branle. De toute ternit se branle sans aucun souci pour notre pauvre corps dlabr.

Abdekkbir khatibi.

 

 

Hébergeur web Cloud au maroc

 

 

Hébergement web Maroc - Portail du Maroc - Bladi.net - InfosDuMaroc - Portail Etudiants - Maroc

MRE - Office Tourisme El jadida - El Jadida Bouge - Immobilier El Jadida - Hotel Marrakech- Riad Marrakech - Voyage au maroc - Riad Marrakech

BabKhouribga - Agadir - Tourisme Maroc - Sejour Maroc - Immobilier El Jadida - Bonjour Agadir

Autres partenaires - Casablanca - El Jadida

 

Top Maroc