site web El jadida
el jadida - mazagan - le portail eljadida.com
 

Accueil

Espace membres

Agenda des Evénements

Photos El Jadida

Plans interactifs

Annuaire d'El Jadida

Petites annonces

Annonces PRO

Associations

 

Actualité en photo

Galeries des membres

Météo El Jadida

Pharmacies de garde

Horaire des prières

Horaire des trains

Horaire des autocars CTM

Distances intervilles

Sondages

Devenir rédacteur

Ajouter votre association

Inscription à l'annuaire

Qui sommes nous

Recommandez-nous

Nous contacter

Publicité

Goodies

Mentions légales

A votre avis, quel symbole représente le mieux la ville El Jadida?

 

 

Résultats de ce sondage »

Tous les sondages »

Ajoutez votre email :


 

Actualités El Jadida // Arts et Culture

» Imprimer l'article

Ajouté le 09 Janvier 2008
Par le membre M.Amengual

 

La fauconnerie au Maroc : Plus qu’une tradition : un patrimoine à préserver !

 

Auteur : Michel Amengual

Eljadida.com

 

 

 

S'il est une tradition aussi vieille que l'humanité, c'est bien la fauconnerie, ou la chasse au vol. Et pratiquement les seuls Marocains à être autorisés aujourd'hui à l'exercer dans le Royaume sont les membres des tribus Kwassems, dans la région des Doukkala. Une tradition autrefois prestigieuse dans le pays, aujourd'hui en voie de perdition. Et un patrimoine en danger.

Le faucon, un oiseau mythique

Depuis la plus haute antiquité, le faucon, plus que tout autre animal, a fasciné l'homme. En Egypte ancienne, il est l'incarnation du dieu Horus, l'ancêtre de tous les pharaons. En Inde, dans la religion brahmanique, le dieu Indra prend souvent la forme d'un faucon qui apporte aux hommes la nourriture goûtée des dieux. Dans la littérature scandinave et germanique, le faucon est l'oiseau préféré des héros. Il est l'insigne militaire d'Attila, le roi des Huns qui envahit la Gaule et l'empire d'Orient. Dans l'Iliade d'Homère, la déesse Athéna descend du ciel sous l'aspect d'un faucon lançant un cri perçant afin d'exciter Achille au combat. D'autres cultures antiques ont aussi rendu hommage au faucon : Chez les Perses, il était un animal protecteur ; on en trouve, au Pérou, dessinés sur des pièces céramiques incas. De tous temps, et sous toutes les latitudes, cette tradition a été mise en valeur par des œuvres artistiques d'une exceptionnelle beauté : Tapisseries, peintures, sculptures, objets d'art liés à la fauconnerie comme les chaperons,etc…cf la galerie de photo liée à ce texte.

La fauconnerie , un art aristocrate :

Quant à la fauconnerie elle-même, c'est-à-dire la chasse au faucon, elle date de plus de 3500 ans. Elle doit son origine aux populations khirghizes qui vivaient de la chasse dans les steppes de l'Asie. Des représentations, puis plus tard des dessins, témoignent de la prospérité de cette chasse en Turquie, en Chine et en Tartarie. A la fin du XIIIème siècle, le célèbre explorateur Marco Polo racontait que le grand empereur mongol Kubilai Khan avait pour habitude de revenir de Pékin accompagné de 10.000 fauconniers pour chasser le gibier.
La chasse au vol fait son apparition en Europe à la fin du IVème siècle au cours des invasions germaniques. Mais c'est par le canal de l'Espagne que la fauconnerie y est introduite comme un art raffiné, cette Espagne où sont installés au VIIIème siècle les Maures qui apportent avec eux les connaissances persanes et arabes en matière de fauconnerie. Ces connaissances seront amplifiées par les croisades durant lesquelles les croisés chrétiens découvrent d'autres passionnés de fauconnerie que sont les musulmans de la région. D'ailleurs, les premiers traités de chasse au faucon ont été rédigés en Orient, au VIIIème siècle à Damas et au IXème siècle à Bagdad.
Le faucon joue un rôle primordial dans la vie aristocratique, occidentale comme orientale. Le faucon au poing devient un symbole de pouvoir ; mais il sert aussi souvent d'ambassadeur, chargé de communiquer des intentions bienveillantes. L'oiseau de vol et la fauconnerie sont ainsi associés aux relations pacifiques et à la concorde.
Dans le monde arabe, la fauconnerie existait bien avant l'islam. Les bédouins employaient couramment cette technique de chasse pour s'assurer une subsistance par ailleurs rare et difficile à trouver. Plus tard, surtout au contact des peuples de Mésopotamie, de Syrie, de Turquie et d'Egypte, la chasse au vol est devenue un sport princier…A l'heure actuelle cette pratique connaît un renouveau exceptionnel dans tout le golfe arabo-persique ; les randonnées de chasse des rois, princes et émirs de la région sont impressionnantes ; elles impliquent le déplacement dans des zones désertiques de plusieurs centaines de personnes munies de tout l'équipement moderne : véhicules et caravanes climatisées, mais la technique de chasse est toujours la même, depuis 3000 ans. Beaucoup d'entre eux viennent au Maroc chasser l'outarde houbara, en toute discrétion, mais avec tout autant de faste.

La fauconnerie au Maroc

La fauconnerie a été florissante pendant plusieurs siècles dans tout le Maghreb : A preuve, les tableaux de peinture d'Eugène Fromentin, de Georges Scott, Edouard Doigneau et autres orientalistes du XIXème siècle et du début du XXème, montrant avec quel faste on chassait au vol tant en Algérie qu'au Maroc.( cf galerie de photos présentées en annexe ) Mais la fauconnerie a déjà disparu d'Algérie, elle a peine à résister en Tunisie, face à la chasse au fusil. Au Maroc, la chasse, écrivait déjà l'éminent Professeur Edmond Doutté au tout début du siècle dernier, était « un sport en honneur chez les Doukkala, qui avaient poussé assez loin l'art de dresser les oiseaux. Certains Marocains avaient même dressé des aigles à la chasse à la gazelle. Quelques grands seigneurs, comme par exemple le célèbre caïd des Abda, Si Omar Ben Aiça, étaient de grands amateurs de faucons et ne reculaient devant aucun frais pour se procurer ces rapaces. » Aujourd'hui, la fauconnerie survit, grâce surtout au dévouement des fauconniers kwassems, qui vivent maigrement dans leurs terres doukkalies.

La tribu des kwassems tire son origine du nom d'une personnalité, Sidi Ali Ben BelKâssem. Ce saint vivait à Marrakech où il mourut en l'an 946 de l'Hégire selon certaines informations, en 951 Hég, selon d'autres. Son sanctuaire se trouve actuellement derrière la Koutoubia. Il serait un chérif descendant d'Idriss et il eut deux fils, Sidi Otman et Sidi bou Smail. Les fauconniers descendant de ce saint étaient répartis, vers 1905, en quatre principaux centres, quatre zaouias : les Kouassems des Oulad Frej, la Zaouia de Ouahla, celle de Ouarar et celle de Sidi Allal. Aujourd'hui, il y a trois ou quatre associations de fauconniers : Parmi les plus connues, l'Association Marocaine des Fauconniers Al Noubala ( AMFN),la première des associations officielles, dont le Président d'honneur est le Prince Moulay Rachid, et l'association des Fauconniers d'Ouled Frej.

Dans les temps anciens, cette tradition s'est maintenue ou développée au Maroc grâce surtout à l'intérêt particulier que lui ont porté les souverains du Royaume. Ibn Khaldoum en rapporte l'usage chez les califes abassides ( au VIIIème siècle). Les travaux du Dr Tazi ont mis aussi en évidence le rôle non négligeable du faucon dans la diplomatie marocaine. « Le faucon, écrit-il, représentait le cadeau le plus précieux et était destiné à créer un climat de détente ou servait à renforcer les liens diplomatiques entre les pays ». Un budget considérable était consacré par les Emirs et les Vizirs à la pratique de la fauconnerie : Abou El Hassan El Marini en a offert 34 au Roi d'Egypte. Le grand sultan mérénide, Abou Inane ( 1351-1358) en possédait des dizaines. Les wattassides (1472 - 1554) en offrirent à la Hollande et à l'Angleterre. Pendant l'occupation portugaise, le roi du Portugal faisait prélever des impôts dans la région de Safi( Abda, Gharbiya, Oulad Amran) sous forme de chameaux, de chevaux et de faucons. Ce système d'impôts cessa de fonctionner en 1541, lors de la prise du territoire par les Saadiens. Mais c'est surtout la dynastie alaouite qui accorda à la fauconnerie le plus grand intérêt : Par exemple, le règne de Moulay Ismail (1672-1727) a vu la création de la fonction de fauconnier qui percevait un salaire. L'un de ses successeurs, Sidi Mohamed ben Abdallah (1757-1790) ordonna la construction à Fès d'un hôpital particulier pour les soins accordés aux faucons. Les rois Moulay-el-Hassan, Moulay Abdelaziz, Moulay Abdelhafid et particulièrement le Roi Mohammed V ont toujours manifesté le plus grand intérêt pour la fauconnerie et l'art de la chasse au vol. En témoignage, les lettres adressées par Mohammed V au Caid Si Boubker ben Mustapha El Kasmi, et pieusement conservées par son fils, Si Ali El Kasmi, Président de la Commune des Kwassems. Feu Sa Majesté Hassan II donna ses Instructions auprès du Ministère de l'Agriculture pour la constitution de l'Association des fauconniers du Royaume du Maroc (aujourd'hui AMFN). Et le souverain Mohamed VI, lorsqu'il était prince héritier, avait tenu à recevoir les fauconniers lors d'une visite qu'il avait effectuée à la Kasbah de Boulaouane. Reste aujourd'hui aux fauconniers l'orgueil de présenter leurs si chers faucons lors du célèbre moussem de Moulay Abdallah et de figurer dans quelques manifestations officielles ou privées.

La capture et le dressage des faucons

Les doukkalis distinguent deux espèces de faucons : « le bahri » et le « nebli ». Quand ils sont jeunes, ils se ressemblent tous les deux. Mais le « nebli »devient plus grand et plus beau ; ses yeux sont grands et noirs et sa poitrine devient avec l'âge toute tigrée. On trouve quelques faucons sauvages dans les Doukkala, mais c'est surtout en allant vers Safi qu'on en trouve encore aujourd'hui, certes en moins grand nombre qu'il y a un siècle. On les trouve surtout entre Safi et Essaouira. Le faucon est capturé au filet ( Un peu comme les enfants marocains attrapent les chardonnerets !). Ce filet est tendu autour de trois piquets disposés en triangle ; on place à l'intérieur du filet, un pigeon, si possible jeune et sauvage, attaché à un fil. En se débattant, le pigeon attire le faucon qui après avoir plané au dessus de lui, et rasé le sol, entre dans le filet pour n'en sortir que dans la besace du chasseur. Même dans ces conditions, le faucon témoigne de sa noblesse. « Teïr el horr ila hçel ma itkhebbet chi », c'est-à-dire « lorsque le faucon est pris, il dédaigne de se débattre ». Il faut éviter de le prendre par le poitrail, car il a un foie très développé, ce qui le rend très fragile si l'on appuie de ce côté-là du corps. On le saisit donc par les pattes, puis on lui met un chaperon, ( un « koubil ») afin de ne pas le stresser. Au début de sa captivité, le faucon refuse toute nourriture…Après une période qui dure de trois à huit jours, il consent à manger de la viande…mais jamais de viande salée. Il pourrait en mourir ! On commence ensuite à l'apprivoiser à la lumière d'une bougie, ou dans la pénombre, on le déchaperonne, et on le caresse doucement. Il s'habitue ainsi à son nouveau maître. « Teïr el horr ichker mbâtou », c-à-d, « le faucon fait l'éloge de son gîte ».Puis on lui apprend à revenir sur le poing ganté du fauconnier, lorsque celui-ci l'appelle par des onomatopées : par ex :« hech, ha, hech… »Une fois lâché dans les airs, c'est ce cri-là auquel on l'aura habitué qui le fera revenir vers son maître.
Le faucon peut vivre en général une dizaine d'années. Il est de coutume qu'après la période de chasse, les faucons soient remis en liberté et quand la saison revient, on en cherche d'autres. Mais souvent aussi, lorsque l'oiseau est de qualité exceptionnelle, le fauconnier le garde avec lui. Lorsqu'il fonce sur sa proie, le faucon peut atteindre des vitesses dépassant les 200 km à l'heure. On m'a rapporté aussi que lorsque le faucon est blessé dans son orgueil, il peut se suicider en se laissant tomber en piqué du haut du ciel.

La fauconnerie et les faucons : un patrimoine en danger !

Ne peut chasser au faucon qui veut. C'est un privilège qui n'est en principe accordé qu'aux seuls Kwassems. L'autorisation donnée à un fauconnier de détenir un faucon (et un seul) est délivré expressément par le Haut Commissaire aux Eaux et Forêts, avec des recommandations très fermes : Le faucon est une propriété personnelle, il ne peut être ni prêté ni vendu, et son décès durant sa captivité doit faire l'objet d'un procès verbal. Et si d'aventure, un fauconnier se laissait aller, par cupidité ou indélicatesse, à vendre ou céder son oiseau, les membres de l'association dont il fait partie le mettraient vite à l'écart, car il aurait rabaissé l'art de la fauconnerie au rang d'un vil négoce clandestin et le faucon à celui d'une vulgaire marchandise ; Quant aux braconniers, les lois sont faites pour les pourchasser. Faisant partie des espèces protégées, le faucon ne peut être en effet capturé sans autorisation spéciale et selon une technique particulière. Le Maroc a d'ailleurs adopté,depuis 1923, toute une panoplie de textes législatifs pour protéger ces oiseaux, notamment la Convention Internationale pour la protection des espèces sauvages ( la CITES) ratifiée par le Maroc le 16 Octobre 1975 et en vigueur depuis le 14 Avril 1976. Cela n'empêche que sa population diminue d'année en année. Il y avait en 1980 plus d'un millier de couples de faucons ; aujourd'hui, il n'y en aurait pas plus de 300…Le braconnage et le trafic de rapaces sans doute, mais aussi les nouveaux modes d'agriculture avec l'usage de pesticides et une chasse au fusil qui décime les proies potentielles des faucons en sont certainement les causes. Il y a donc lieu de mettre en place des règles très strictes qui permettent la conservation de ce patrimoine cynégétique. Quant aux authentiques fauconniers doukkalis, il faudrait qu'ils aient les moyens d'élever leurs rapaces…et d'assurer la relève, comme le souhaiterait l'AMFN qui initie dores et déjà de jeunes gens à l'art de la fauconnerie. Mais rien n'est moins sûr sans soutien extérieur.

Reste aussi la possibilité d'organiser des chasses au vol pour des amateurs européens, et ils sont nombreux, qui pourraient générer un afflux financier non négligeable, tout en pratiquant un tourisme particulièrement écologique. Et pourquoi ne pas envisager aussi la création d'un festival international de la fauconnerie ? Ce serait une grande première au Maroc, qui mettrait en scène des spectacles de rapaces, comme il en existe dans quelques pays européens, d'une beauté extrême. Cela permettrait aussi, par des conférences et des expositions, de mieux faire prendre conscience de la nécessité de protéger ces espèces en danger.
Car il est évident que le jour où le faucon aura disparu du royaume, pour quelle que cause que ce soit, il entraînera dans sa perte, irrémédiablement, toute une tradition qui a de tout temps, fait l'orgueil de l'humanité, tant elle met en évidence l'harmonie entre l'homme, l'animal et la nature.

* Une version plus courte et légèrement différente de ce texte est publiée dans la luxueuse revue « Jardins du Maroc », N° 8, parue en Décembre 2007 (M.A)

 

 

 

Article lu 9188 fois

 

 

[ Revenir à la rubrique Arts et Culture ] - [ Articles archivés ]

 

Commentaires sur cet article

 

Votre avis nous interesse ! + Ajoutez un commentaire

 

1. MAKSOUDI Brahim (09/1/2008 . Id:6179)

voilà un auteur et un article qui honorent une tribu et une culture. Les Kwassem, avec leur mode de chasse (et sport) ancéstral mérite plus d''interét pour pérenniser cette pratique dans un esprit de valorisation et de loiseau et des Chorfa.
Cette pratique est un atout qui doit etre valorisé davantage pour le rayonnement de la région des Doukkala. je ne peux que remercier vivement notre ami M. Amengual qui déploie des efforts considérables pour nous éclairer davantage sur certains aspects tout proches de nous de la vie sociale et communautaire (les tazouta, la flore, fauconnerie...).
Cordialement

2. zougui habiba (09/1/2008 . Id:6180)

merci pour le partage de ce patrimoine; récit minitieux et riches en données historiques..
merci pour le partage

3. GOMAC (Groupe d'ornithologie du Maroc) (20/1/2008 . Id:6235)

Ne pensez vous pas, cher Michel, que la fauconnerie et toutes ses dérives (braconnage et trafic à destination d'autre pays) contribue hautement au déclin des faucons au Maroc ?

4. MADHOUNE MED (08/6/2008 . Id:6794)

JE SUIS PASSIONE PAR LES OISEUX DE CHASSE JE VOUS REMERCI INFINIMENT ET JAIMERAI BIEN PARTAGER DES VIDEO REEL DE LA CHASSE DES FAUCONS . ET MERCI

5. ouahla (10/7/2008 . Id:6924)

En faite ce n’est pas un commentaire mais des informations concernant la zaouia de Ouahla que je demande, alors je serai très reconnaissant aux personnes qui pourront m’aider.

6. riahi marwa (14/10/2008 . Id:7130)

félicitation pour la réalisation de ce type des sites!parlant d'une des sujets qui nous différencie parmis les pays du monde je vous slicite de m'aider sur mon sujet de recherche sur lafauconneri et merci !

7. Qassim (21/10/2010 . Id:9472)

Il est prouvé que la Fauconnerie est une utilisation durable des ressources naturelles car elle existe depuis plus de 4000 mille ans. Les écolos/ornithos extrémistes pensent qu'elle nuit aux rapaces alors qu'en réalité, c'est bien les Fauconniers qui en sauvé de l'extinction le Faucon Pèlerin (Falco Perigrinus) en réussissant l'élevage en captivité des rapaces et en bannissant l'utilisation du DDT et des organo-chlorées...etc.
Les Fauconniers sont les ancêtres des ornithologues modernes depuis l'antiquité... Ils sont les premiers défenseurs des rapaces et de leur habitats, car sans nature préservée, plus de Fauconnerie.
On voit les séquelles des écoles de conservation de Nancy qui a formé de nombreux marocains a une vision monolithique de la conservation de la nature et de la biodiversité...

En tout cas, merci à toi Michel,

Un ami...

8. robert millet (25/1/2011 . Id:9661)

Bonjour, en faite, je suis a la recherche d un fauconnier avec deux types de faucons pour me proteger mes cultures agricoles qui sont attaques en permanence par des tisserains(petits oiseaux).Je voudrais rencontrer une personne qui pourrait apprendre a un de mes employes le dressage du faucon .Donc si quelqu un est interresse par ce sujet, veuillez me le faire savoir. merci

9. jaoual mostafza (02/7/2011 . Id:9929)

la chasse au faucon en tant que patrimoine à part entiere;mérite assez d'importance de notre part ;puisqu'on est originaire de cette tribu lakouassem"et de celle des responsables consernés,à savoir le ministre de culture;tourisme et enfin le haut c.aux eaux,vu la cotribution de cet oiseau l'ecosysteme et l'équilibre envi....

 

 

Hébergeur web Cloud au maroc

 

 

Hébergement web Maroc - Portail du Maroc - Bladi.net - InfosDuMaroc - Portail Etudiants - Maroc

MRE - Riad Marrakech - Immobilier El Jadida - Hotel Marrakech- Riad Marrakech - Voyage au maroc - Riad Marrakech

BabKhouribga - Agadir - Tourisme Maroc - Séjour Maroc - Immobilier El Jadida - Bonjour Agadir

Autres partenaires - Casablanca - El Jadida

 

Top Maroc