Villes du Maroc

Ifrane

C’est une ville du Maroc, comptant 30 000 habitants et située dans le Moyen Atlas, à 1 713 mètres d'altitude — latitude : 33°31'60 nord, longitude : 5°5'60 ouest. Elle est le chef-lieu de la province d'Ifrane.

Ifrane, perle du Moyen Atlas marocain, est caractérisée par son urbanisme à l'européenne. C'est le chef-lieu de la province d'Ifrane, dont la superficie est de 3 573 km² et qui est administrativement composée de deux municipalités (Ifrane et Azrou), cinq caïdats (Tizguit, Dait Aoua, Ain Leuh, Timahdit et Irklaouen) et huit communes rurales (Tizguite, Dait Aoua, Ain Leuh, Sidi El Mekhfi ou Sidi Addi, Timahdite, Ben Smim, Oued Ifrane et Tigrigra . Selon le nouveau découpage administratif, la province fait partie de la région Meknès-Tafilalet.

Ifrane bénéficie d'un climat humide et tempéré avec une pluviométrie annuelle de 1118 mm et une température moyenne annuelle de 11,4 °C. Le versant nord des montagnes du Moyen-Atlas est en effet la région la plus arrosée du Maroc après la chaîne de montagnes du Rif. Les précipitations ont lieu essentiellement en hiver. Les montagnes du Moyen-Atlas se trouvent alors sur le trajet des perturbations en provenance de l'Atlantique.

La région d'Ifrane constitue une aire géographique riche par sa biodiversité faunique et floristique, mais ses S.I.B (Sites d'intérêts biologiques et écologiques) et son parc national 1 subissent une forte pression due à la dégradation de la forêt, au surpâturage et aux visiteurs non avertis qualifiés de pollueurs potentiels. Selon l'équipe de Jean Delacre et Michel Tarrier le choix sur Ifrane à ses raisons.

Le Parc national d'Ifrane est classé parmi les meilleurs parcs nationaux du Maroc en raison de sa richesse spécifique, de sa biodiversité si variée qui d'ailleurs, lui fait mériter le nom de : parcs des lacs.

Située au cœur du Moyen Atlas en plein causse karstique, représentatif de la beauté paradisiaque du Moyen Atlas, le parc national d'Ifrane s'étend sur plus de 500 km². Il abrite notamment la plus grande forêt de cèdres du Maroc. Il englobe un ensemble de gîtes à caractère biodiversitaire d'une rareté remarquable (parc de Tizguite : Val d'Ifrane : les sources Vittel, Dait Aoua, Dait Hachlaf, Dait Ifrah et Afourgah).

Ce patrimoine est malheureusement soumis à diverses pressions (surpâturage, dynamique de la population locale et citadine). Compte tenu de sa vulnérabilité à la disparition de patrimoine est imminente, son sort deviendra comme celui du fameux lion de l'Atlas dont le dernier spécimen calcifié est témoin des dégâts écologiques causés par l'Homme moderne.