Signature de contrat de développement des établissements de l’Université Chouaib Doukkali d’El Jadida

Le Président de l’Université Chouaib Doukkali Mr Med KOUAM : l’image d’une Université que l’on assimilait a une « boite a magie fermée » est en train de changer , a-t-il déclaré a l’occasion de la signature de contrat de développement des établissements de l’Université.

Notre pays est classé, 111ème, selon le 2ème rapport relatif au développement culturel ! Et il est bien loin de certains pays arabe a l’histoire récente.

L’Université n’est certes pas le seul responsable d’une telle situation .L Elite « intellectuelle » ainsi que les choix politiques sont aussi mis en cause. Les partis politiques, de leur côté et depuis un certain temps se sont désengages du champ culturel et de ses impératifs. s’ajoute a cela la faible « subvention » que l’Etat octroie a la recherche scientifique (1% du PNB !!).

L’Université, qui est censé être le dynamo de la recherche, axe de tout développement, se trouve paralysée, et n’arrive plus a remplir sa tâche, selon certaines critiques virulentes a son égard. On lui reproche son « isolement » et son éloignement de son environnement. On lui attribue une certaine carence quant a l’effort devant être fourni et orienté en faveur du développement, culturel, scientifique du notre pays.

Une telle situation impose une « réconciliation » impérative et conditionnée de notre Université, avec son milieu socio-économique et culturel.

Pour Mr Med KOUAM, Président de l’Université Chouaib Doukkali d’El Jadida « l’image d’une Université que l’on assimilait a une « boite a magie », fermée est en train de changer, lentement, mais s»rement. Ce changement de paradigme a peine perceptible, ajoutait Mr le Président, se trouve comme amplifie. Lorsqu on « tâte » la réalité des choses sur place. Au sein de notre Université l’on ressent, automatiquement, cette soif des chercheurs et aussi des étudiants de vouloir travailler, ensemble, dans une parfaite symbiose ».

L’occasion d’une telle introduction, un peu longue, mais nécessaire, est l’évènement qui a eu lieu a l’espace Chahrazad d’El Jadida, ayant réuni les composantes de l’Université Chouaib Doukkali.
Lors du conseil d’université tenu le lundi 28 décembre, des contrats de développement ont été signés(au lieu précité) entre la Présidence de l’Université Chouaib Doukkali et les établissements qui lui sont affiliés, notamment la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, la Faculté des Sciences, la faculté Polydisciplinaire, l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion et l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées.

Dans ces contrats il est stipulé que :

– en application des Hautes Instructions Royales, contenues dans le discours d’ouverture de la 8ème législature le 12/10/2007, relatives a « la mise en place d’un plan d’urgence pour consolider ce qui a été réalisé, et procéder aux réajustements qui s’imposent, en veillant a une application optimale des dispositions de la Charte Nationale d’Education et de Formation » ;
– Considérant l’engagement des universités dans le processus de réforme initié en 1999 par la Charte Nationale d’Education et de Formation et qui a fixé les principes et les grandes orientations pour le développement du système d’éducation et de formation, déclinés dans la Loi 01-00 portant organisation de l’enseignement supérieur;
– Considérant les recommandations du premier rapport annuel 2008 du Conseil Supérieur de l’Enseignement sur l’état et les perspectives du système d’éducation et de formation;
– Considérant les défis majeurs que les universités doivent relever, et qui consistent a fournir aux différents secteurs socio-économiques du pays les compétences nécessaires a la mise en œuvre de « la politique des grands chantiers » entamée par l’Etat, matérialisée par des plans, programmes, projets et stratégies de développement sectoriel.
– Considérant les objectifs du Programme d’Urgence national (2009-2012) élaboré par le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique consistant a :
-la stimulation de l’initiative et de l’excellence a l’université ;
– l’amélioration de l’offre de l’enseignement supérieur et la facilitation de son accès ;
-la promotion de la recherche scientifique ;
-la résolution des problématiques transversales du système de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et notamment l’amélioration de la gouvernance et des capacités managériales des universités

Objet des contrats : les contrats ont pour objet la définition des engagements des parties signataires pour la mise en œuvre du plan de développement 2009-2012, intégrant les projets du Programme d’urgence spécifique a chaque établissement. Ces contrats définissent également les moyens requis pour cette mise en œuvre ainsi que le dispositif de suivi et d’évaluation.

Durée des contrats : les contrats sont conclus pour une durée de quatre années couvrant la période2009-2012.

Les engagements des établissements de l’université : ils s’engagent a mettre en œuvre leurs plans de développement, en vue d’atteindre les objectifs du programme d’urgence, plus particulièrement :

– le développement de l’offre de l’enseignement supérieur par l’ extension de leur capacité d’accueil, la réhabilitation et la maintenance des établissements, l’orientation des étudiants vers les formations, techniques et professionnalisantes, l’augmentation des effectifs des étudiants, le développement des filières professionnalisantes ;
– l’amélioration du rendement interne et externe du système par la lutte contre le redoublement et le décrochage, la réduction du taux d’abandon en 1ère année de Licence, l’augmentation du taux de diplômation pendant la durée légale du cycle de formation, la mise en place de modules d’enseignement de langues, technologie d’information et de communication et de méthodologie universitaire et la mise en place d’un dispositif de tutorat des étudiants ;
– l’amélioration de l’employabilité des lauréats par l’introduction de modules professionnalisants au niveau des 5ème et 6ème semestres dans les licences fondamentales, la mise en place d’un dispositif de suivi de l’insertion des diplômés est l’amélioration des taux d’insertion des diplômés.
– la promotion de la recherche scientifique par la généralisation de l’accréditation des unités de recherche, l’augmentation du nombre de publications dans les revues internationales indexées, l’augmentation du nombre de projets de recherche appliquée menés avec les entreprises, l’augmentation du nombre de thèses de doctorat soutenues, la mise en place d’un dispositif de suivi et d’évaluation de la recherche au niveau de l’université.
– le renforcement des compétences des personnels de la Faculté des Sciences par la mise en œuvre d’un programme de formation continue.
– la contribution a l’amélioration de la gouvernance de l’Université et le renforcement de son autonomie par la mise en œuvre de mesures d’optimisation et rationalisation des ressources humaines et financières des établissements, l’accélération du rythme d’exécution du budget, le renforcement de la politique de diversification des ressources est la contribution au projet de développement du Système d’Information de Gestion (SIG) de l’université;
– le renforcement de la coopération internationale.

Par ailleurs, les établissements s’engagent a mobiliser, d’une façon optimale, leurs ressources humaines, financières et matérielles pour la réalisation des objectifs définis dans les contrats.
L’état des budgets alloues (2009/2012), fait sortir ce qui suit :

*La Faculté des Sciences, un montant de19907642 dh sera mobilise pour : l’augmentation de sa capacité d’accueil, 11796909 dh pour le renouvellement des équipements, 3864619 dh pour la réhabilitation et la maintenance2521028 dh pour son budget de fonctionnement, 11050784 dh budget de son investissement.
*La Faculté des Lettres et Sciences Humaines, profitera de 5001309 dh pour l’augmentation de sa capacité d’accueil, 2951452 dh, pour le renouvellement des équipements, et 3137976 dh pour la réhabilitation et la maintenance, 784585 dh pour le budget de son fonctionnement, 2750625 dh budget d’investissement.
*L Ecole Plydisciplinaires, 37919574 dh pour l’augmentation de sa capacité d’accueil, 2046201 dh pour le renouvèlement des équipements, 426805 dh pour son budget de fonctionnement et 541931 dh budget d’investissement.
*L Ecole Nationale de Commerce et de Gestion, 1345614 dh pour le renouvèlement de son équipements.203857 dh est le budget de son fonctionnement, 332260 dh budget investissement.
*L Ecole Nationale des Sciences Appliquées, 42600000 dh pour sa construction et son équipement.123698 dh affectes en tant que budget de fonctionnement, 30000000 dh pour le budget d’investissement.

Commentant ces actions, Mr KOUAM a mis en exergue les efforts déployés par l’état ,avec ses différentes composantes, ainsi que la volonté de l’ensemble des intervenants, afin d’atteindre les objectifs du Programme d’Urgence dans une démarche visant, l’affirmation et a consolidation de l’autonomie de l’Université, la clarification des responsabilités de chaque partie pour une meilleure efficacité de l’action publique dans le domaine de la formation et de la recherche et en fin l’instauration d’un dispositif clair et transparent de suivi et d’évaluation. Et Mr le Président de conclure : l’Université Chouaib Doukkali a ainsi donné le ton d’un nouveau cap vers l’incarnation de l’Université/Entreprise, dont le but est de répondre aux attentes de son environnement. Notre Université a prit art a cette démarche afin de capitaliser sur cette nouvelle politique d’approche de ses partenaires, scientifiques économiques et sociaux, publics et privés. Le résultat ne pouvait qu être satisfaisant de l’avis même de ces partenaires, qui se sont vu engagés a collaborer ou a coopérer avec nous, pour plus d’opportunités de développement et d’avenir meilleur pour notre pays.

Mabrouk Benazzouz
Eljadida.com